Actualités Les bornes géodésiques de la baie de Diégo-Suarez : un patrimoine régional à préserver

 
Les bornes géodésiques de la baie de Diégo-Suarez : un patrimoine régional à préserver
Actualités
Lundi, 26 Août 2013 15:05

Carte des bornes géodésiques de la Baie de Diego Suarez - Victor Mahazoasy
Carte d’inventaire exhaustif sur carte des points fixes/bornes géodésiques de la baie de Diego Suarez. L’altitude moyenne des points géodésiques par rapport au niveau de la mer est représentée par une barre verticale de longueur proportionnelle, celle du Pic des Orchidées (Montagne des Français) étant la plus élevée avec 464 m. Le fond d’image utilisé est un modèle numérique de terrain mondial. Exagération verticale du relief : 3x. (Source : Association Ambre, Antsiranana 2012).

Article de L'Express de Madagascar sur les bornes géodésiquesComme le rappelle l’article du FTM (service cartographique de l’Etat rattaché à la vice-primature en charge du développement et de l’aménagement du territoire) daté du 13 octobre 2012, les bornes géodésiques situées sur un territoire ont de tout temps servi d’appui ou de référence pour les travaux de développement d’infrastructures de toutes sortes (environnement construit et naturel), localisation ou de mesure du parcellaire foncier. Elles constituent des infrastructures fondamentales, indispensables au développement durable, et doivent être préservées à titre de patrimoine national. Elles sont protégées par la loi, au même titre que les bornes de propriétés titrées.

Aujourd’hui, plus que jamais, une meilleure sensibilisation des autorités décentralisées et déconcentrées s’impose pour l’appropriation de la notion d’infrastructures de données spatiales, au même titre que les infrastructures traditionnelles (routes, habitations, agricoles, industrielles, alimentation en eau potable, assainissement etc.). Les réseaux de points fixes/bornes géodésiques et de propriété titrées appartiennent à une catégorie d’infrastructure de données spatiales hiérarchisées dite de base ou fondamentales.

Une liste exhaustive des bornes géodésiques de la baie de Diégo-Suarez a été pré- inventoriée en 2011 par l’association Ambre (Antsiranana) sur la carte FTM uv30 au 1/100 000 datant de 1949. La plupart de ces bornes ont aujourd’hui disparu sur le terrain, comme à Majunga, mais peuvent être rétablies à tout moment par des géomètres dans les règles de l’art à partir d’archives du FTM. A quoi peut bien servir ce travail?

Les meilleurs points de vues de la baie de Diégo sont en effet le fruit d’une sélection minutieuse de points géodésiques de valeur stratégiques sur le plan militaire qui ont été déterminés par les officiers géodésiens du corps d’occupation de l’armée française dès 1895, avant de servir dès 1900 à l’implantation à Diégo-Suarez du réseau de fortifications stratégiques du point d’appui de la flotte française dans l’Océan Indien. Le projet de préservation et de mise en valeur du patrimoine régional historique militaire de la Baie de Diego Suarez, initié à Antsiranana par l’association Ambre (cf. rapport AG Ambre 2012), s’inscrit donc dans un cadre de développement durable du territoire régional.

FTM : Densification des bornes géodésiques (Presse nationale, Mercredi, 19 Décembre 2012)
L’insuffisance des bornes géodésiques cause l’augmentation des coûts des prestations des géomètres experts qui respectent les normes et les principes de leur métier. « C’est sur les bornes géodésiques que les géomètres se réfèrent lorsqu’ils délimitent un terrain. Ces bornes servant de références sont des outils mis en place par le FTM ou « Foibe Taosaritanin’i Madagasikara ». Si les propriétaires fonciers accordent une grande importance aux bornes IF (immatriculation foncière), les bornes géodésiques sont encore de loin beaucoup plus importantes », a expliqué Randriamanana, chef du service Géodésie au sein du FTM. Notons que neuf bornes géodésiques d’ordre zéro ont été mises en place, depuis 1997. Le FTM compte ramener ce chiffre à 22. Pour cette année, quatre nouvelles bornes géodésiques d’ordre zéro seront installées à Morondava, Ikalamavony, Mahanoro et Fandriana. Par ailleurs, le pays compte également 1000 bornes géodésiques de premier ordre, dérivées des bornes d’ordre zéro par densification. Il existe également 1500 bornes de 2e ordre dérivées des bornes de 1er ordre et 2400 bornes de 3e ordre dérivées de bornes de 2nd ordre. Pour être certaines des délimitations, les géomètres doivent donc travailler à partir de ces bornes géodésiques. En outre, la technologie utilisée dans le secteur foncier est aujourd’hui de plus en plus performante, si l’on ne cite que la Station totale et le système GPS. D’après Franck Razafindrabe, DG de FTM, des efforts sont entrepris pour l’obtention de ces technologies.

En 2013, une action du FTM à Mahajunga a rétabli 9 bornes géodésiques qui avaient disparues (voir l'Express de Madagascar)

 

 

     Actualités d'Ambre
Les bornes géodésiques de la baie de Diégo-Suarez : un patrimoine régional à préserver

Carte des bornes géodésiques de la Baie de Diego Suarez - Victor Mahazoasy

Les bornes géodésiques situées sur un territoire ont de tout temps servi d’appui ou de référence pour les travaux de développement d’infrastructures de toutes sortes (environnement construit et naturel), localisation ou de mesure du parcellaire foncier. Elles constituent des infrastructures fondamentales, indispensables au développement durable, et doivent être préservées à titre de patrimoine national.

Lire la suite...
     Les Circuits d'Ambre

Circuits découverte

     Connexion
Identifiant :
Mot de passe :


 | © 2010 www.cyber-diego.com - tous droits réservés